Claude Serre, L'Albatros. 1982

II

L‘ALBATROS

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage

Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,

Qui suivent, indolents compagnons de voyage,

Le navire glissant sur les gouffres amers.

 

A peine les ont-ils déposés sur les planches,

Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,

Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches

Comme des avirons traîner à coté d'eux.

 

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!

Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid!

L'un agace son bec avec un brûle-gueule,

L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait!

 

Le Poête est semblable au prince des nuées

Qui hante la tempête et se rit de l'archer;

Exilé sur le sol au milieu des huées,

Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

II

L'ALBATROS

Sovint, per divertir-se, les tripulacions

capturen els albatros, ocells grans de l'oceà,

que, companys indolents, segueixen el viatge

del vaixell que s'esmuny sobre severs abismes.

 

Un cop els han deixat jaient damunt la fusta,

els prínceps de l'atzur, maldestres i porucs,

arrosseguen feixucs les seves ales blanques

per sobre la coberta, com si es tractés de rems.

 

Viatger que volava ... ara maldestre i indolent!

Tan bell fa poc ... ara ridícul, repugnant!

Un li remena el bec amb una pipa curta,

l'altre es fa el coix i imita l'esguerrat!

 

El Poeta és semblant a aquest príncep dels núvols

que coneix la tempesta i es mofa de l'arquer;

exiliat per terra, enmig de les xiulades,

les ales de gegant no el deixen caminar.


(Traducció de Jordi Llovet.)


Comments