Gustave Courbet, Baudelaire

XXI

HYMNE À LA BEAUTÉ

Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme,

O Beauté? ton regard, infernal et divin,

Verse confusément le bienfait et le crime,

Et l'on peut pour cela te comparer au vin.

 

Tu contiens dans ton oeil le couchant et l'aurore;

Tu répands des parfums comme un soir orageux;

Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore

Qui font le héros lâche et l'enfant courageux.

 

Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres?

Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien;

Tu sèmes au hasard la joie et les désastres,

Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien.

 

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques;

De tes bijoux l'Horreur n'est pas le moins charmant,

Et le Meurtre, parmi tes plus chères breloques,

Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement.

 

L'éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,

Crépite, flambe et dit: Bénissons ce flambeau!

L'amoureux pantelant incliné sur sa belle

A l'air d'un moribond caressant son tombeau.

 

Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe,

Ô Beauté! monstre énorme, effrayant, ingénu!

Si ton oeil, ton souris, ton pied, m'ouvrent la porte

D'un Infini que j'aime et n'ai jamais connu?

 

De Satan ou de Dieu, qu'importe? Ange ou Sirène,

Qu'importe, si tu rends, — fée aux yeux de velours,

Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine! —

L'univers moins hideux et les instants moins lourds?

XXI

HIMNE A LA BELLESA

¿Véns de l'abisme o d'un cel insondable,

Bellesa? El teu esguard, que és demoníac i diví,

vessa confusament el crim i el benefici,

i és per això que se t'assembla el vi.

 

Portes en la mirada l'aurora i el crepuscle;

escampes perfums com la tempesta al vespre;

n filtre els teus petons i una àmfora la boca,

que fan covard l'heroi i coratjós el nen.

 

¿Surts de l'abisme negre o véns dels astres?

El Destí, captivat, com un gos t'estalona;

sembres a l'atzar la joia i els desastres,

i ho senyoreges tot i no respons de res.

 

Camines sobre els morts, Bellesa, fent-ne mofa;

l'Horror no t'és la menys preuada de les joies,

i el Crim, com el penjoll que més t'estimes,

dansa amorosament sobre el teu ventre altiu.

 

L'insecte enlluernat vola vers tu, candela;

crepita, crema i diu: «Oh flama beneïda!».

Inclinat en l'amada, l'enamorat panteixa

igual que un moribund acariciant la tomba.

 

¿Què hi fa, si véns del cel o de l'infern, Bellesa,

monstre terrible, ingenu i espantós,

si els ulls que tens, els peus i el teu somriure m'obren

la porta d'un Infinit que estimo i mai no he conegut?

 

De Satanàs, de Déu, ¿què importa? Àngel, Sirena:

¿què hi fa, si converteixes —fada amb mirada de vellut,

ritme, perfum, lluor, tu, única reina!—

el món en menys horror i menys feixuc l'instant?


(Traducció de Jordi Llovet.)

Comments