Gauguin, Sur la plage

XXII

PARFUM EXOTIQUE

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne,

 Je respire l'odeur de ton sein chaleureux,

Je vois se dérouler des rivages heureux

Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone;

 

Une île paresseuse où la nature donne

Des arbres singuliers et des fruits savoureux;

Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,

 Et des femmes dont l'oeil par sa franchise étonne.

 

Guidé par ton odeur vers de charmants climats,

Je vois un port rempli de voiles et de mâts

Encor tout fatigués par la vague marine,

 

Pendant que le parfum des verts tamariniers,

Qui circule dans l'air et m'enfle la narine,

Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

XXII

PERFUM EXÒTIC

Si ensumo la fragància d'aquest teu pit que crema,

els ulls tancats, un vespre càlid de tardor,

veig desfilar davant de mi ribes felices,

fulgents pels raigs d'un sol invariable;

 

una illa peresosa on la natura dóna

arbres mai vistos i saborosos fruits;

homes de cossos prims, però vigorosos,

i dones que sorprenen pel seu esguard sincer.

 

Guiat per l'olor teva a climes agradables,

veig un port carregat de veles i de pals

encara fatigats per l'onada marina,

 

mentre el perfum dels tamarindes verds,

que circula per l'aire eixamplant-me els narius,

se'm confon dins el cor amb cants de mariners.


(Traducció de Jordi Llovet.)

Comments